ACP Afrique ; RSE et Mines de Potasse (pérennité des investissements après le Peak Oil)

SAFIER Ingéniérie 2021
3 juin 2021
Mission collective Algérie 2021/2022
7 octobre 2021

ACP Afrique ; RSE et Mines de Potasse (pérennité des investissements après le Peak Oil)

Le projet Kore Potash en 2022  www.korepotash.com

Kore Potash propriétaire des mines Kola (Sylvinite) et Dougou (Carnallitite) situées à 80 km au nord de Pointe Noire et 15 à 30 km de la côte Atlantique.

Deux projets sont en cours simultanément :

  • Kola (projet minier traditionnel)
  • Dougou GX (extraction par dissolution)

 

Rappel de nos démarches depuis 2014 sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises et les mines en Afrique.

 

Pour faire suite aux efforts déployés par Total dans le cadre du « local content » du projet Moho Nord (création de 2000 emplois pendant la construction), mise en partenariat de sociétés françaises et congolaises, recherche d’une pérennité des emplois au-delà du projet, alors qu’il est peu probable qu’un nouvel investissement équivalent intervienne dans le domaine pétrolier à Pointe Noire (même si la presse fait état d’une « grosse » découverte de ENI en offshore Congo, il y aura donc peut-être un après Moho, les partisans du peak Oil sont souvent trop pessimistes). Continuons notre investigation de possible réaffectation des ressources locales pour servir le besoin de l’industrie minière au Congo, des Mines de Potasse dans la région de Pointe Noire en particulier.

L’exploitation des Mines de Potasse dans la région de Pointe Noire a débuté dans les années 60/70 avec la CPC (Compagnie des Potasses du Congo), elle a dû être suspendue suite aux problèmes techniques rencontrés.

Dans la région (Kouilou), il y avait en 2012 deux grands projets de potasse en phase de pré-développement (Sinkoula Potash et Mengo) qui ont été suspendus jusqu’à la remontée des cours (2018-2020).

Aujourd’hui 4 projets sont dans une phase plus ou moins avancée de développement

– Sinkoula Potash (détenu par le Sud Africain Kore Potash), voir plus haut, avec une prévision initiale de 4000 employés pendant la construction et de 3000 pour l’exploitation. Le recours à la sous traitance locale serait favorisé par un programme d’investissement spécifique de 3 M$.

– Mengo 15km de Pointe Noire avec Mag Minerals Potasse (MPC) Chine

– Hinda convention signée en 2018 avec Cominco Resources Ltd (UK) pour projet à Pointe Indienne qui doit employer 1000 pers pendant l’exploitation

– Mboukoumassi signée en 2018 avec Luyan (Chine)

C’est donc un enjeu majeur qui va se poser au Congo pour préparer les RH nécessaires à de tels développements.

Il est probable alors que les infrastructures de construction (yards de Pointe Noire) et les techniciens pétroliers soient appelés à contribuer à relever ce défi.

Les RH dans les activités des hydrocarbures et de l’énergie se composent :

-sociétés opérateurs (nationaux et internationaux) de production, raffinage, transport, dépôts : 4000 techniciens

-sociétés de service (forage, construction et maintenance) : 4000 techniciens

Une telle structure a été capable d’absorber les pics de demande liés aux derniers projets pétroliers. Elle pourrait, après formation spécifique, largement contribuer à absorber les pics liés au fonçage, forage, construction, opération et maintenance des nouveaux projets miniers

L’expérience des Mines de Potasse d’Alsace, qui a extrait 570 Mt de minerais entre 1904 et 2002 (à une profondeur de 400-1100 m) avec pic de personnel de 14.000 en 1950, a été étendue au Congo (forage de 88 puits de 1960-70 avec la Compagnie des Potasses du Congo) où des problèmes techniques ont provoqué en 1975 l’ennoiement de la mine qui s’est traduit par l’arrêt des opérations et le licenciement des mille salariés congolais. (en effet la CPC était impliquée en construction et démarrage entre 1969 et 1975, sans production significative ; au plus fort des activités de CPC il y avait 3000 personnes dont 300 expatriés français, majoritairement en provenance d’Alsace. La formation était assurée par Sofremines)
La Société des Potasses et des Mines (filiale d’African Potash) a signé un accord aux travaux d’exploitation avec le ministère de tutelle et sollicite l’expertise de consultants pour la reconnaissance de la zone de Madingou Kayes (50 km de Pointe Noire) avec études sismiques et environementales. Sintoukola Potash (filiale de l’australien Elemental Minerals) (avec partenaires locaux : MGM et Tanaka) travaille sur la même zone pour une mise en production en 2016.
Evergreen Industries (Chine) et Magminerals Potasse Congo (filiale de Magindustries ex Magnesium alloy corp canadien) s’apprêtent à exploiter la mine de Mengo (15 km de Pointe Noire). Le magnesium sera aussi extrait de la mine, qui devrait générer 4000 emplois. Une autre entreprise minière chinoise Mboukoumasi Zhengwei Technique Congo incite les sociétés chinoises à investir localement
Pour tous ces projets la préparation du personnel technique (école de formation par exemple) doit être envisagée pour les métiers suivants : Haveurs en taille, Déplaceurs, Mineurs des extrémités de taille, Dépanneurs, Conducteurs de Paurat (perceuse), Camionneurs du fond, Brocheurs, Surveillants de traçage, Mineurs de tir, Délégués mineurs, Géomètres des ténèbres, Conducteurs d’engin de transport du fond, Conducteurs de Wagner (tracto chargeur), Diésélistes, Caristes des contours de puits, Mineurs d’entretien, Rabasseneurs de pistes, Mineurs d’exhaure, Mécaniciens de bandes, Monteurs de convoyeurs, Electriciens de réseaux, Installateurs de climatisation, Mineurs d’about, Signaleurs, Machinistes, Lampistes, Sauveteurs.
Ce court exposé a identifié quelques pistes de coopération avec les ministères et les sociétés minières au Congo (en particulier sur la potasse dans le Kouilou/Pointe Noire). La question qui nous alors est posée est : pour les métiers comparables à ceux de notre domaine pétrolier, comment pouvons-nous nous projeter dans l’accompagnement/formation des techniciens spécialistes ?

Analyse de la Formation en Afrique : Formation_Afrique

Comments are closed.